Le ciel est ouvert à ceux qui ont des ailes

Le processus de décision

Quel est notre degré de liberté dans la prise de décision ?
Sur quels outils et méthodes s’appuyer pour étayer le processus de décision et le rendre plus objectif ?

Le concept :

Antonio Damasio démontre dans son livre « l’erreur de Descartes » que le processus de décision dépend à la fois de la rationalité mais aussi d’un indissociable apport émotionnel. Nous prendrions donc nos décisions selon un savant mélange de rationnel et d’émotionnel. Si l’on ajoute à cela la théorie de Daniel Kahneman sur les deux vitesses de la pensée, nous avons peu de chance de prendre une décision objective. Ce prix Nobel d’Économie développe la thèse d’un premier système de décision dit Système 1 (rapide, instinctif et émotionnel) et d’un deuxième système dit Système 2 (plus lent, plus réfléchi et plus logique). Le système 1 nous permet de prendre des décisions rapides basées le plus souvent sur nos intuitions, elles-mêmes fruits des connaissances et expériences engrangées. Il est cependant soumis à nos émotions et à un nombre important de biais cognitifs (184 recensés à ce jour). Les circuits cérébraux du stress et de la décision se chevauchent, il semblerait donc que notre état émotionnel joue sur nos décisions : Alors que l’anxiété nous paralyse, le stress nous rendrait incapable d’évaluer les conséquences d’un acte.

Pourtant ces automatismes nous sont particulièrement utiles : ils nous permettent de gagner du temps et de préparer nos comportements. Ils reposent pour l’essentiel sur 3 fonctions : la rapidité, la prédiction et l’anticipation. Rapide et immédiat, le système 1 présente l’immense avantage d’être très peu consommateur d’énergie.

Bien comprendre les enjeux :

Même si nous avons le sentiment d’être maître de nos décisions, notre cerveau nous joue des tours et par défaut utilise le système 1. Si ses prédictions se réalisent, vous ne serez pas consultés et votre cerveau se positionnera sur le mode automatique pour prendre une décision en se référant à ce qu’il connait déjà. 

Nous sommes alors pleinement soumis à nos émotions et allons prendre des décisions par rapport à ce qui nous est agréable ou désagréable, le fameux “aller vers/éviter”. 

De même, les stéréotypes et les biais cognitifs jouent à plein leur rôle d’accélérateur de décision en créant des raccourcis de pensée. Par exemple, le biais d’ancrage nous influence par rapport à la première information qui nous est donnée. Le simple fait de recevoir une indication chiffrée influencera notre décision. 

Le fait de savoir que l’on est sujet à cet automatisme permet d’en atténuer les effets mais ne permet pas de le contrôler en totalité. 

Et en pratique :

Certains d’entre nous ont plus tendance à se fier à leur intuition alors que d’autres vont développer une pensée plus analytique. Pour autant, nous sommes tous soumis à plus ou moins grande échelle à l’effet raccourci du système 1 et aux biais cognitifs (cf article sur les biais cognitifs). 

Sachant que nous sommes finalement peu maîtres de notre prise de décision, s’appuyer sur des méthodes éprouvées peut la rendre plus objective. Nous vous présentons 3 modèles d’aide à la décision ci-après :

– L’arbre de décision : par une arborescence oui/non, l’arbre de décision vous permet de poser les éléments sur le papier et de visualiser d’un coup d’œil les choix qui s’offrent à vous. Vous pouvez utiliser CANVA pour établir votre arbre de décision à l’image de celui-ci-dessous :

– L’analyse SWOT : L’analyse SWOT est une matrice qui fait ressortir pour un thème donné les forces (Strengths), faiblesses (Weaknesses), Opportunités (Opportunities), Menaces (Threats). L’analyse SWOT est idéale pour établir un diagnostic avant de passer à l’action. Elle est très utilisée en stratégie d’entreprise.

L’analyse SWOT

– L’Ikigai : L’ikigai est une méthode japonaise très utile pour décider de son orientation professionnelle en connaissance de cause. Si vous souhaitez changer de fonction sans savoir vers quoi vous tourner, l’Ikigai est un très bon outil.

Le coin de Coach&Progress

Vous savez désormais que votre cerveau vous trompe et prend des raccourcis pour gagner en temps et en énergie. Décisions prises sous le coup de l’émotion, soumises au Système 1 ou à des biais cognitifs, vous avez peu de chance que votre décision soit prise de manière objective. 

Conscient de ces biais, Coach&Progress vous accompagne dans vos décisions, qu’elles soient stratégiques pour une entreprise ou d’ordre plus personnel en s’appuyant sur des outils objectifs qui ont fait leurs preuves.

Samuelle Sixou
Samuelle Sixou
Associée-Fondatrice de Coach&Progress© - Consultante - Coach - Formatrice - Conférencière

Du même auteur

Le processus d’individuation

Le concept : En milieu de vie, nous ressentons le besoin de nous éloigner de la course, de...

La carte d’identité professionnelle

Comment être conforme à sa signature managériale ? Le concept : Nous croisons dans nos vies professionnelles des managers...

La synergologie

Comment détecter les émotions de son interlocuteur ? Le concept : Qui n’a pas rêvé de lire dans la...

Les micro-habitudes

Les micro-habitudes et la stratégie de la tranche fine du saucisson Si vous êtes amateur de saucisson, vous...

Articles similaires

Dernières actualités

Sommaire “Le ciel est ouvert à ceux qui ont des ailes”

Après la présentation de la couverture de leur ouvrage « Le ciel est ouvert à ceux qui ont des ailes », livre composé de...

Le ciel est ouvert à ceux qui ont des ailes

Samuelle Sixou et Laurent Allain-Bassot ont posé sur le papier leurs 15 années d’expérience de formateurs, consultants et coachs. Ils vous proposent 35 outils...

Team Building Intelligence Collective

Le modèle BELBIN est un des outils d’intelligence collective les plus efficaces. Il permet à l’appui de tests individuels de reconstituer le profil du...